Client's portal

MAURITIUS DETERMINED TO REMOVE AT THE EARLIEST ANY REMAINING STRATEGIC DEFICIENCY IN ITS AML/CFT REGIME

PLEASE SCROLL DOWN FOR FRENCH VERSION

On 7 May 2020, the European Commission (EC), which is the executive branch of the European Union (EU), included Mauritius in its revised list of countries with strategic deficiencies in their regimes on anti-money laundering (AML) and countering the financing of terrorism (CFT). For those Mauritius entities transacting with the EU, the listing may be a cause for some concern. However, it is to be noted that the list is not final and is subject to the approval of the European Parliament and of the EU Council of Ministers. Furthermore, in the light of this development, the Mauritius Government is speeding up initiatives designed to remove Mauritius from the EU list before its implementation date scheduled for 1 October 2020. It is advisable to take a measured approach and not to overact to the inclusion of Mauritius on the EU list.

Interaction between the EU and FATF list

The Financial Action Task Force (FATF) is an inter‐governmental policy-making body with a mandate to establish international standards for combating money laundering and terrorist financing, as well as assessing and monitoring compliance with FATF standards. Mauritius has never been placed on any FATF blacklist since it started being issued in 2000. In February 2020, Mauritius was placed on the grey list of the FATF, which refers to jurisdictions that have committed to resolve swiftly identified strategic deficiencies in their AML and CFT regimes within agreed time frames.

The new methodology adopted by the EC to identify third countries having strategic AML/CFT deficiencies considers the interaction between the listing process of the EU and that of the FATF. The EU listing of Mauritius is therefore a direct consequence of the listing of Mauritius by the FATF on its grey list in February 2020.

Commitment of Mauritius

At the time of the insertion of Mauritius on the FATF grey list, Mauritius reiterated its high-level political commitment to removing at the earliest any remaining strategic deficiency in its regime on anti-money laundering and counter terrorist financing. The AML/CFT legal framework in Mauritius had already been extensively revamped and Mauritius had been found by the FATF to be largely compliant or compliant with 35 out of the 40 FATF’s Recommendations. Mauritius had already met the FATF expectations in respect of the FATF’s “Big Six Recommendations”: the criminalisation of the money laundering offence, the criminalisation of the terrorism financing offence, the implementation of a framework for targeted financial sanctions, customer due diligence, record keeping and the reporting of suspicious transactions.

FATF Action Plan

While Mauritius does not presently have technical compliance issues, under the FATF action plan, Mauritius must demonstrate an increased level of effectiveness of its AML/CFT systems in the following areas:

  • demonstrate that the supervisors of the Mauritius Global Business sector and Designated Non-Financial Businesses and Professions (casinos, real estate agents, dealers in precious metals, lawyers, notaries, other independent professionals and accountants, trust and company service providers) implement risk-based supervision;
  • ensure the access to accurate basic and beneficial ownership information by competent authorities in a timely manner;
  • demonstrate that law enforcement agencies have the capacity to conduct money laundering investigations, including parallel financial investigations and complex cases;
  • implement a risk-based approach for supervision of non-profit organisations to prevent abuse for TF purposes, and
  • demonstrate the adequate implementation of targeted financial sanctions through outreach and supervision.

This situation is not unique to Mauritius and other countries have yet to achieve a high or substantial level of effectiveness in the same areas.

Areas that need to be addressed are mostly geared towards the regulators, Designated Non-Financial Businesses and Professions, non-profit organizations and law enforcement agencies. Out of the five deficiencies identified, Mauritian legislations and regulations on AML/CFT recommend a risk-based approach towards the prevention and detection of money-laundering and combatting of terrorism, which has already been implemented by financial institutions and operators within the Global Business sector. Furthermore, information on beneficial owners are to be provided to the relevant authorities at the time of incorporation, and any subsequent change is to be communicated to the authorities. DTOS Ltd, as a licensed and regulated service provider, wish to reassure its client base on its commitment to appling and enforcing the prevailing norms in terms of AML/CFT matters and to ensuring strict compliance with the legislative provisions.

Mauritius delivering on its commitment

Mauritius has been taking several initiatives in order to honour its commitment towards the FATF and be removed swiftly from the FATF grey list (and consequently the EU list). In a communique issued by the Mauritius Ministry of Financial Services and Good Governance on 9 May 2020, Mauritius reiterated its commitment to implementing the FATF Action Plan as soon as possible, with a first progress report already sent to the FATF.

Mauritius has obtained technical assistance from the EU funded AML/CFT Global Facility and the German Government through the German Development Agency to support the implementation of the FATF action plan. Even during the sanitary curfew, Mauritius has continued to work extensively with the technical assistance providers.

Skills have been upgraded and technological resources boosted with local stakeholders being reminded of the high importance and priority attached by Mauritius to completing the implementation of the Action Plan.

The Mauritius Financial Services Commission has been giving high priority to demonstrating the implementation of risk-based supervision of the Global Business sector by way of a comprehensive onsite inspection schedule and taking enforcement action against non-compliance.

Engaging with external stakeholders

Mauritius has engaged with various external stakeholders and informed them of the progress made by the country in strengthening its AML/CFT framework. Mauritius has also opened a dialogue with the EC to notify the Commission of the initiatives taken by Mauritius to strengthen its AML/CFT regime.

Revised EU list not final and not yet in force

While the listing may be a cause of some concern for Mauritius entities transacting with the EU, it is to be noted that the list is not yet in force, not final and is subject to the approval of the European Parliament and of the EU Council of Ministers.

The fact that a country is included on the EU list does not trigger economic or diplomatic sanctions. After the revised list becomes effective, additional KYC measures would have to be taken by EU ‘obliged entities’, such as banks and other financial firms, with respect to business relationships or transactions involving countries on the list.

Furthermore, in the light of this development, the Mauritius Government is speeding up initiatives designed to remove Mauritius from the EU list before its implementation date scheduled for 1 October 2020.

Mauritius retains several advantages

Mauritius is a well-established centre for the domiciliation of funds and maintains significant advantages for the structuring business operations into Africa and Asia. According to the latest World Bank annual ratings, Mauritius was ranked 13th globally in the ease of doing business. Mauritius is well-known for its social and political stability, its transparent regulatory system, its strong and independent judiciary. Furthermore, Mauritius is noted for the absence of foreign exchange controls, its attractive fiscal regime, its competitive operating costs, and the availability of professional skills in several sectors. Mauritius also forms part of the Southern African Development Community (SADC) and of the Common Market for Eastern and Southern Africa (COMESA). In October 2019, China signed a free trade agreement with Mauritius, the first free trade agreement signed with an African country. In April 2020, the Securities and Exchange Board of India reaffirmed its trust in the Mauritius jurisdiction by allowing investment entities from Mauritius to register as Category-I foreign portfolio investors (FPIs) with lower KYC requirements.

Mauritius remains a credible and trusted jurisdiction

Mauritius is more than ever committed to completing the action plan of the FATF at the earliest so that Mauritius can be removed from both the FATF and the EU list as soon as possible. Irrespective of the EU listing, Mauritius remains a credible and trusted jurisdiction particularly for structuring business operations in Asia and Africa.

DTOS provides valuable insights and value-added services to businesses and individuals with regard to their evolving present and future needs. Should you have any query in relation to the topic covered and require any assistance, please do not hesitate to contact us. We shall be pleased to assist you.

Fred Yeung Sik Yuen CPA FCCA CGMA MBA

Date of publication: 22 May 2020

 


VERSION FRANCAISE

L’ILE MAURICE DÉTERMINÉE À SUPPRIMER AU PLUS TÔT TOUT DÉFICIT STRATÉGIQUE DANS SON RÉGIME DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX (LBC)  ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME (FT)

Le 7 mai 2020, la Commission Européenne (CE), qui est la branche exécutive de l’Union européenne (UE), a inclus Maurice dans sa liste révisée de pays présentant des carences stratégiques dans leurs régimes de lutte contre le blanchiment de capitaux (LBC) et le financement du terrorisme (FT). Pour les entités mauriciennes effectuant des transactions avec l’UE, cette inscription peut être source de préoccupation. Il convient toutefois de noter que la liste n’est pas définitive et est soumise à l’approbation du Parlement européen et du Conseil des ministres de l’UE. En outre, à la lumière de cette évolution, le gouvernement mauricien accélère les initiatives visant à retirer Maurice de la liste de l’UE avant sa date de mise en œuvre prévue pour le 1er octobre 2020. Il est conseillé d’adopter une approche mesurée et de ne pas exagérer cette inclusion de Maurice sur la liste de l’UE.

Interaction entre la liste de l’UE et du GAFI

Le Groupe d’action financière sur le blanchiment de capitaux (GAFI) est un organisme intergouvernemental d’élaboration des politiques dont le mandat est d’établir des normes internationales de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme, ainsi que d’évaluer et de contrôler le respect des normes du GAFI. Maurice n’a jamais été inscrit sur aucune liste noire du GAFI depuis sa publication en 2000. En février 2020, Maurice a été placée sur la liste grise du GAFI, qui fait référence aux juridictions qui se sont engagées à résoudre rapidement les lacunes stratégiques identifiées dans leurs régimes de LBC et de FT dans les délais convenus.

La nouvelle méthodologie adoptée par la CE pour identifier les pays tiers présentant des carences stratégiques en matière de LBC / FT tient compte de l’interaction entre le processus d’inscription de l’UE et celui du GAFI. L’inscription de Maurice à l’UE est donc une conséquence directe de l’inscription de Maurice par le GAFI sur sa liste grise en février 2020.

Les engagements de Maurice

Au moment de l’insertion de Maurice sur la liste grise du GAFI, Maurice a réitéré son engagement politique de haut niveau à éliminer au plus tôt toute lacune stratégique restante dans son régime de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. Le cadre juridique de la LBC / FT à Maurice a déjà été grandement remanié et Maurice a été jugé par le GAFI largement ou normalement conforme à 35 des 40 recommandations du GAFI. Maurice avait déjà répondu aux attentes du GAFI en ce qui concerne les « Six Grandes Recommandations » du GAFI : la criminalisation de l’infraction de blanchiment d’argent, la criminalisation de l’infraction de financement du terrorisme, la mise en place d’un cadre de sanctions financières ciblées, les vérifications nécessaires sur les clients (due diligence), la tenue de registres et le signalement des transactions suspectes.                                                                                                                                                                         

Le Plan d’action du GAFI

 Dans le cadre du plan d’action du GAFI, et bien que n’ayant pas actuellement de problèmes de conformité technique, Maurice doit démontrer un niveau d’efficacité accru de ses systèmes de LBC / FT dans les domaines suivants :

  • démontrer que les autorités supervisant le secteur du Global Business à Maurice et des entreprises et professions non financières désignées (casinos, agents immobiliers, négociants en métaux précieux, avocats, notaires, autres professionnels et comptables indépendants, fiduciaires et prestataires de services aux entreprises) mettent en œuvre les supervisions basées sur les risques ;
  • garantir l’accès aux informations exactes de base sur les bénéficiaires effectifs (Beneficial Owner) par les autorités compétentes en temps opportun ;
  • démontrer que les services répressifs ont la capacité de mener des enquêtes sur le blanchiment d’argent, y compris des enquêtes financières parallèles et des cas complexes ;
  • mettre en œuvre une approche fondée sur les risques pour la supervision des organisations à but non lucratif afin de prévenir les abus à des fins de Terrorisme Financier, et
  • démontrer la mise en œuvre adéquate des sanctions financières ciblées grâce à la sensibilisation et à la supervision.

Cette situation n’est pas unique à Maurice et d’autres pays doivent également atteindre un niveau d’efficacité élevé ou substantiel dans les mêmes domaines.

 Les domaines qui doivent être abordés sont principalement axés sur les régulateurs, les entreprises et professions non financières désignées, les organisations à but non lucratif et les organismes chargés de l’application des lois. Parmi les cinq lacunes identifiées, il convient de noter que nos législations et réglementations concernées recommandent l’approche basée sur les risques pour la prévention et la détection du blanchiment d’argent et la lutte contre le terrorisme qui est déjà celle mise en œuvre par les institutions financières et les opérateurs du secteur du global business.

En outre, des informations sur les bénéficiaires effectifs sont fournies aux autorités compétentes au moment de l’immatriculation et tout changement ultérieur est communiqué aux autorités. DTOS Ltd, en tant que prestataire de services agréé et réglementé, souhaite rassurer sa clientèle sur son engagement à appliquer et faire respecter les normes en vigueur en matière de LBC / FT et à assurer le strict respect des dispositions législatives.

Maurice tient son engagement

Maurice a pris plusieurs initiatives afin d’honorer son engagement envers le GAFI et d’être retirée rapidement de la liste grise du GAFI (et par conséquent de la liste de l’UE). Dans un communiqué publié par le ministère mauricien des Services financiers et de la Bonne gouvernance le 9 mai 2020, Maurice a réitéré son engagement à mettre en œuvre le plan d’action du GAFI dès que possible, avec un premier rapport d’étape déjà envoyé au GAFI.

Maurice a obtenu une assistance technique de l’EU pour faciliter la LBC / FT au niveau mondial et du gouvernement allemand par le biais de l’Agence allemande de développement pour soutenir la mise en œuvre du plan d’action du GAFI et a continue de travailler activement pendant la période de confinement avec les prestataires d’assistance techniques.

Les compétences ont été améliorées et les ressources technologiques renforcées, les parties prenantes locales se rappelant la grande importance et la priorité attachées par Maurice à l’achèvement de la mise en œuvre du plan d’action.

La Commission des Services Financiers de Maurice (FSC) a accordé la plus haute priorité à la démonstration de la mise en œuvre de la surveillance fondée sur les risques du secteur du Global Business au moyen d’un calendrier complet d’inspection sur site et en prenant des mesures coercitives contre la non-conformité.

S’engager avec des parties prenantes externes

Maurice s’est engagée auprès de diverses parties prenantes externes et les a informées des progrès accomplis par le pays dans le renforcement de son cadre de LBC / FT. Le pays a également ouvert un dialogue avec la CE pour notifier à la Commission les initiatives prises par Maurice pour renforcer son régime de LBC / FT. 

La liste révisée de l’UE n’est pas définitive et n’est pas encore en vigueur

Bien que l’inscription puisse être une source de préoccupation pour les entités mauriciennes effectuant des transactions avec l’UE, il convient de noter que la liste n’est pas encore en vigueur, qu’elle n’est pas définitive et est soumise à l’approbation du Parlement européen et du Conseil des Ministres de L’UE.

Le fait qu’un pays figure sur la liste de l’UE n’entraîne pas de sanctions économiques ou diplomatiques. Une fois la liste révisée entrée en vigueur, des « entités assujetties » à l’UE, telles que les banques et autres sociétés financières, devraient prendre des mesures de vérifications sur les clients supplémentaires en ce qui concerne les relations commerciales ou les transactions impliquant des pays figurant sur la liste.

En outre, à la lumière de cette évolution, le gouvernement mauricien accélère les initiatives visant à retirer Maurice de la liste de l’UE avant sa date de mise en œuvre prévue pour le 1er octobre 2020.

Maurice conserve plusieurs avantages

Maurice est un centre financier bien établi pour la domiciliation de fonds et conserve des avantages importants pour la structuration des opérations commerciales en Afrique et en Asie. Selon les dernières notations annuelles de la Banque mondiale, Maurice se classait au 13e rang mondial pour la facilité à réaliser des affaires. Maurice est connue pour sa stabilité sociale et politique, son système de réglementation transparent, son pouvoir judiciaire fort et indépendant.

Par ailleurs, Maurice se distingue par l’absence de contrôle des changes, son régime fiscal attractif, ses coûts de fonctionnement compétitifs et la disponibilité de compétences professionnelles dans plusieurs secteurs.

Maurice fait également partie de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC) et du Marché commun de l’Afrique orientale et australe (COMESA).

En octobre 2019, la Chine a signé un accord de libre-échange avec Maurice, le premier accord de libre-échange signé avec un pays africain.

En avril 2020, la Bourse indienne (SEBI) a réaffirmé sa confiance dans la juridiction mauricienne en permettant aux entités d’investissement mauriciennes de s’inscrire en tant qu’investisseurs de portefeuille étrangers (FPI) de catégorie I avec des exigences de vérifications sur les clients plus faibles.

Maurice reste une juridiction crédible et de confiance

Maurice est plus que jamais déterminé à achever le plan d’action du GAFI au plus tôt afin que le pays puisse être retirée de la liste du GAFI et de l’UE dès que possible. Indépendamment de la liste de l’UE, Maurice reste une juridiction crédible et fiable, en particulier pour la structuration des opérations commerciales en Asie et en Afrique.

DTOS, votre partenaire de confiance

DTOS fournit informations et services relatifs au secteur financier aux entreprises et particuliers en fonction de leurs besoins présents et futurs. N’hésitez pas à nous contacter pour toute question en lien avec le sujet traité ici, nous nous ferons un plaisir de vous assister.

Fred Yeung Sik Yuen CPA FCCA CGMA MBA

Date du publication: 22 Mai 2020